Parti Radical de Gauche 02 - Site de la fédération du Parti Radical de Gauche de l’Aisne

Alexandre Ledru-Rollin (1807 - 1977)

jeudi 11 septembre 2008 par PRG Aisne

Homme politique, fils de médecin, Ledru-Rollin est avocat au barreau de Paris en 1830, spécialisé, sous la monarchie de juillet, dans la défense des Inculpés républicains, notamment celle de Caussidière, instigateur de complots républicains.

A la mort de Garnier-Pagès en 1841, il est élu député de la Sarthe. Réélu en 1842 et 1846. Sa profession de foi résume les idées forces du radicalisme (il milite en faveur du suffrage universel, préconise des mesures interventionnistes, l’impôt progressif sur le revenu et l’enseignement gratuit et obligatoire).

Il représente le républicanisme parlementaire et légalitaire.

Il retrouve Caussidière en 1843 lorsqu’il fonde La Réforme, organe de l’opposition radicale pour la défense du suffrage universel. En 1846, Ledru-Rollin publie l’Appel aux Travailleurs en proposant ce mode de scrutin comme remède aux maux de la classe ouvrière.

Il participe à la campagne des Banquets aux côtés de Léon Gambetta en faveur de la République. Il se qualifie d’ultra-radical au sens du parti qui “veut faire entrer dans la réalité de la vie le symbole de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité”.

Ledru-Rollin devient ministre de l’Intérieur dans le gouvernement provisoire de février 1848, choisit les commissaires du gouvernement qui remplacent les préfets et organise les premières élections au suffrage universel en avril 1849.

Déçu par les socialistes, il se rapproche des Montagnards, députés d’extrême gauche hostiles à la monarchie. Les 6 % de suffrages qu’il recueille aux élections présidentielles de décembre 1848 et les 182 députés qui votent pour lui à l’élection du président de l’Assemblée législative de mai 1849 le font apparaître comme le chef des Montagnards.

Réfugié à Londres après l’échec de la journée révolutionnaire du 13 juin, il fonde le Comité de la République Universelle. De retour en France en 1871, refusant de siéger à l’Assemblée Nationale, il ne regagne cette dernière qu’en 1874 comme député du Vaucluse.


Espace privé | Statistiques | visites : 104451

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le Radicalisme de Gauche  Suivre la vie du site Les grands Radicaux